3 minutes contre les stéréotypes

C’est quoi un stéréotype de genre ? [podcast version texte]

Cette année, je me suis lancée dans la création de capsules audio destinées au public du primaire. Chaque épisode s’attaque à déconstruire un stéréotype de genre. Dans un souci d’accessibilité, je vous offre désormais les textes de ces épisodes sur le blog.

Ces épisodes n’ont pas besoin d’être écoutés/lus dans l’ordre mais je vous conseille juste de commencer par le premier « c’est quoi un stéréotype (de genre) ?« , histoire de partir sur de bonnes bases. Pour la suite, vous faites comme vous le sentez, suivant les sujets qui interpellent vos enfants/élèves.

Bonjour et bienvenue dans ce premier épisode de « Trois minutes contre les stéréotypes », un podcast qui propose de déconstruire les stéréotypes de genre.

Commençons par le commencement : qu’est-ce qu’un stéréotype ?

Un stéréotype, c’est une idée toute faite. On peut aussi appeler cela un cliché. Une idée toute faite, donc qui est fausse, mais qui a été très souvent répétée et par beaucoup de personnes
ce qui fait qu’on fini par croire que cette idée est vraie.

Un stéréotype de genre, c’est l’idée qu’un garçon se comportera d’une certaine façon parce qu’il est un garçon
ou qu’une fille se comportera d’une certaine façon parce qu’elle est une fille.

Tous les stéréotypes ne sont pas forcément négatifs.
Les garçons seront par exemple très heureux si je dis que ce sont les garçons les plus forts. Mais cela diminuera les filles. C’est la même chose si je dis que les filles sont meilleures à l’école, cela diminue les garçons.

Et en plus, c’est faux ! La force physique ou le fait d’être doué en math ou en français n’est pas du tout lié au fait que tu sois un garçon ou une fille.

Alors pourquoi est-ce que cela existe, les stéréotypes de genre ? A quoi ça sert ? Si tant de gens aiment bien dire des choses comme « le bleu c’est pour les garçons et le rose c’est pour les filles » ou bien « les cheveux courts c’est pour les garçons et les cheveux longs, c’est pour les filles », c’est parce que ça les aide à étiqueter les autres.
Quand ils rencontrent une nouvelle personne, ils regardent ses caractéristiques et ça leur permet de ranger la personne dans une case.

Imagine, tu es invité à l’anniversaire d’une nouvelle fille de ta classe que tu ne connais pas encore. Si tu ne veux pas faire d’efforts, tu vas te dire que c’est une fille donc elle doit aimer le rose et les poupées et tu choisiras de lui offrir une barbie princesse avec une belle robe rose.
Cela demanderait un peu plus d’efforts d’apprendre à la connaître et de découvrir ce qu’elle aime vraiment. Peut-être qu’elle aime bien les Barbie, je ne suis pas en train de dire qu’il faut absolument être différent ou différente des stéréotypes. Mais peut-être qu’elle préfèrerait une loupe pour observer les insectes ou une figurine de dragon. Et ça, tu ne le sauras pas si tu restes bloqué dans les stéréotypes.

Un autre problème des stéréotypes de genre c’est qu’ils peuvent mener à de la discrimination. La discrimination, c’est le fait de séparer un groupe social d’un autre et de ne pas le traiter de la même façon.
Dans ce cas-ci, ce serait donc de séparer les filles et les garçons, de les traiter différemment et de ne pas attendre la même chose d’eux.

Un garçon qui voudrait travailler comme baby-sitter pour avoir un peu d’argent de poche pourrait être refusé même s’il a l’habitude de s’occuper de ses petits frères et sœurs parce que les parents qui cherchent quelqu’un pour surveiller leur bébé préfèreraient que ce soit une fille, juste parce qu’ils pensent que les filles savent mieux s’occuper des bébés.

Discriminer quelqu’un en fonction de son genre (c’est-à-dire s’il est une fille ou un garçon), cela s’appelle le sexisme et c’est interdit. La lutte pour la fin du sexisme et pour l’égalité des hommes et des femmes dans tous les domaines s’appelle le féminisme. Aux vingtième et vingt-et-unième siècles, il y a eu beaucoup de changements dans la société grâce aux féministes. Comme le fait que les femmes puissent voter, conduire une voiture ou travailler sans demander l’accord de leur mari ou de leur père. Mais il reste beaucoup de choses à faire pour une égalité parfaite et cela commence par ce que certains pensent être de tous petits détails mais qui sont pourtant très importants.

Si tout le monde comprend que les hommes peuvent s’occuper aussi bien des bébés que les femmes, les garçons qui le souhaitent pourront devenir baby-sitter et les filles pourront choisir un autre moyen de gagner de l’argent de poche. Les hommes qui le souhaitent pourront rester à la maison pour s’occuper de leurs enfants et les femmes pourront reprendre le travail après avoir eu un bébé sans que personne ne trouve cela bizarre.

Si plus personne ne pense qu’il y a des jouets pour filles et des jouets pour garçons, une petite fille pourra recevoir une loupe dont elle rêve pour observer les insectes et peut-être découvrir une nouvelle espèce de scarabée quand elle travaillera comme entomologiste (ce sont les scientifiques qui étudient les insectes). Et son frère pourra peut-être demander une machine à coudre à Saint Nicolas sans que l’on se moque de lui avec laquelle il pourra créer des vêtements qu’il présentera plus tard à ses premiers défilés de mode.

237 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *