3 minutes contre les stéréotypes

Les garçons au centre de la cour et les filles tout autour [podcast version texte]

Neuvième épisode du podcast  « Trois minutes contre les stéréotypes de genre»

Aujourd’hui : « Les garçons au centre de la cour et les filles tout autour »

Dans cet épisode, on va parler d’un endroit que tu connais bien : la cour de récréation !
Je ne sais pas toi mais moi, quand j’étais à l’école, c’était mon endroit préféré. C’est par là que j’entrais et que je sortais de mon école, c’est là que rigolais avec mes copains et copines, qu’on se racontait nos vies et nos histoires, qu’on jouait à « on disait que moi j’étais Princesse Starla et toi la Chevalière Tamara ». Bon, tu ne connais pas ces héroïnes mais c’est un peu comme quand toi tu joues à Ladybug et Chat Noir.

D’ailleurs, on va arrêter de parler de moi. Réfléchis un peu. A quoi tu aimes jouer à la récré ? Et tu joues où ? Au milieu de la cour ou plutôt le long des murs ? Ferme les yeux si ça t’aide à réfléchir et moi, pendant ce temps, je ferme aussi les yeux et je me concentre pour deviner ce que tu fais pendant la récré.

Alors … hmmm …

Si tu es un garçon, il y a de grandes chances que tu joues avec un ballon. Au foot ou au basket et sûrement au milieu de la cour. Si tu es une fille, je dirais que tu es plus souvent le long des murs, ou le long de ce que vous appelez le terrain de foot. En gros, tu es là où il reste de la place et où tu as le moins de risque de recevoir un ballon sur la tête.

Mais pourquoi est-ce que je dis ça ? Ce serait pas un stéréotype de diviser les filles et les garçons ?
Ah bah oui, totalement même ! Mais c’est malheureusement très souvent comme ça dans les écoles. Et personne ne se demande pourquoi.

Il était une fois une école. Une école avec plusieurs bâtiments, des classes, des couloirs, une cantine ou un réfectoire, des toilettes et, bien sûr, une cour de récréation. Dans cette cour, il y a peut-être un ou plusieurs arbres et quelques bancs. Et plein d’espace pour jouer ! Au début de l’histoire, les instituteurs et institutrices ont donné des ballons, des cordes à sauter, peut-être aussi des craies pour dessiner sur le sol tout gris. Et les enfants se sont mis à jouer.

Si tu as écouté les autres épisodes, tu as bien compris qu’il y a des traits de caractère que l’on colle aux garçons et d’autres aux filles. On dit que les garçons sont forts, bruyants, qu’ils ont besoin de courir et de dépenser leur trop plein d’énergie. On dit que les filles sont plus calmes, qu’elles restent plus tranquille, qu’elles aiment discuter entre elles et qu’elles sont plus créatives.

Alors, avec toutes ces étiquettes collées sur eux, les enfants ont commencé à jouer dans la cour de récré de mon histoire. Les garçons ont pris les ballons puisque courir après un ballon c’est un truc de garçon qui est bon pour les fatiguer et les filles ont pris les craies pour dessiner et les cordes à sauter pour s’amuser là où les garçons ne jouent pas au foot. Oui parce que les jeux de ballons, ça prend de la place. Il faut la place pour courir et pour se passer le ballon, on ne sait pas jouer dans un tout petit endroit.

A chaque rentrée, de nouveaux élèves sont arrivés. Les plus petits ont mis les pieds dans une cour de récré pour la première fois, ils ont observés ce que les plus grands faisaient pour comprendre ce qu’ils devaient faire et ils les ont copiés. Peut-être même que les grandes filles ont pris les plus petites par la main pendant que les grands garçons montraient aux plus petits comment jouer au foot. Et ça continue comme ça depuis des années et des années.

Dans certaines écoles, comme on a vu que les jeux de ballons prenaient beaucoup de place, on a peint des lignes au sol pour faire comme un petit terrain de foot ou de basket. Evidemment, c’est super si on joue au foot ou au basket mais si on n’y joue pas, ça fait un peu comme une frontière à ne pas dépasser.

Dans d’autres écoles, on a essayé de partager l’espace entre tout le monde. Certaines écoles ont créé des jours sans ballon où les enfants jouent à d’autres choses : à chat, à un deux trois soleil, au petit poisson rouge, à Ladybug et Chat Noir ou aux Pyjamasques, ou à n’importe quel autre jeu qu’ils ont envie d’inventer. Les garçons sont souvent contents de jouer à autre chose qu’au ballon. Ils ont tellement entendu « les garçons, ils courent, font du bruit et jouent au football » qu’ils ont fini par penser que c’était obligatoire et ils se posaient même plus la question de s’ils avaient envie d’y jouer ou pas. Dans ces écoles, les jours où on joue au ballon on essaie de faire comprendre que tout le monde peut y jouer, même les filles. Toi qui m’écoute parler ici et qui a déjà écouté les autres épisodes, tu sais bien que les filles aussi peuvent jouer au foot mais il y a encore beaucoup de gens qui ne le savent pas. Et souvent il suffit de leur dire !

En fait, la cour de récré c’est un endroit où tout est possible. Si on a envie de dire que c’est la mer et qu’on est des sirènes et des poissons, c’est possible. Si on a envie de dire que c’est la jungle et qu’on est des aventuriers, c’est possible. Si on a envie de faire un tournoi de foot, un concours de saut à la corde ou de voir qui sait compter jusqu’au plus grand nombre, c’est possible.

Donc le plus simple, c’est peut-être tout simplement de réfléchir à ce qu’on a envie d’y faire et de faire appel à son imagination ! Et toi, tu en penses quoi ?

« Trois minutes contre les stéréotypes » est un podcast de la bibliothèque provinciale Alfred Langlois à Charleroi. Il est conçu et présenté par Laura, bibliothécaire jeunesse.
Retrouvez-nous sur notre site internet biblio.ut.be, sur instagram @bibliothequelanglois et sur notre page facebook !

37 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *