3 minutes contre les stéréotypes

Les garçons sont plus forts que les filles [Podcast version texte]

Sizième épisode du podcast « 3 minutes contre les stéréotypes« .

Aujourd’hui : les garçons sont plus forts que les filles !

Avant l’adolescence, rien ne donne davantage de force à un garçon qu’à une fille. C’est après la puberté qu’il sera plus facile pour un garçon que pour une fille de se muscler. Pourquoi ? Parce que son corps fabrique en grande quantité de la testostérone, une hormone qui aide à développer les muscles (souviens-toi, on a déjà parlé de la testostérone dans l’épisode sur les poils). Mais cela n’empêche pas une fille de se muscler et de pouvoir avoir plus de force qu’un garçon.

Alors pourquoi pense-t-on que les hommes sont forcément plus forts que les femmes ?

Parce que les muscles, ça se travaillent ! Et que les activités physiques ont longtemps été réservées aux hommes ! Plus on fait travailler ses muscles, plus on en a mais si les femmes n’avaient pas l’occasion de développer leurs muscles en faisant du sport, ça ne risquait pas d’arriver, surtout que les métiers physiques, fatigant, qui font transpirer ou demandent de la force ne leur était pas permis non plus.

Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle que les femmes ont commencé à faire du sport, avant cela c’était très mal vu. On disait par exemple que cela pouvait modifier leur corps et les faire ressembler à des hommes ou les empêcher d’avoir des enfants. Lorsque les femmes ont eu le droit de faire du sport, c’était d’abord uniquement des sports qui pourraient mettre en valeur leur grâce ou leur silhouette ou qui pourrait les aider à être en meilleure forme … pour pouvoir faire le ménage.  Sympa, non ?

Au début du 20e siècle, certaines compétitions s’ouvrent progressivement aux femmes mais cela reste à des niveaux très exceptionnels. Il y a une compétition de golf féminin et de tennis féminin aux Jeux Olympiques mais cela ne veut pas dire pour autant que n’importe quelle femme pouvait jouer au tennis, par exemple. Beaucoup d’hommes pensaient encore que ce n’était pas féminin, que les femmes devaient plutôt s’occuper de leur mari, de leurs enfants et que si elles méritaient une place près des podiums, c’était uniquement pour remettre les médailles aux vainqueurs.

Le sport dans la vie de tous les jours, ça n’était pas encore gagné. Même la natation, qui était pourtant acceptable pour l’époque car c’est un sport qui n’implique pas de contact avec d’autres personnes et où il est impossible d’avoir des traces comme des bleus, a mis du temps à s’imposer parce que pour nager il fallait en partie se dévêtir et ça, ce n’était pas très bien vu.

Les premiers maillots étaient bien plus couvrant que ceux que tu portes aujourd’hui pour aller à la piscine ou à la mer. Pour le sport en public, il a fallu encore plus de temps, on ne voyait pas de femmes courir dans les parcs, par exemple.
Est-ce que tu savais que les femmes n’étaient pas autorisées à courir de longues distances avant les années septante ? Dans les grandes compétitions, elles pouvaient seulement courir des sprints de 100 mètres ou 200 mètres. Elles montraient leur désaccord et certaines courraient les marathons sans être officiellement inscrite ou en s’inscrivant sous un nom masculin.

C’est complètement fou quand on y pense mais il a fallu attendre 1980 pour que les Jeux Olympiques ouvrent leur marathon aux femmes. Les femmes ne pouvaient faire que de courtes compétitions alors qu’aujourd’hui, on sait que les femmes sont souvent meilleures sur de longues distances. Le corps féminin résiste bien mieux à la fatigue que le corps masculin, ce qui est très utile pour des sports d’endurance.

Le record de distance à la nage est détenu par une femme, Sarah Thomas. Elle avait 37 ans lorsqu’elle a traversé la Manche à la nage 4 fois d’affilée. Ca représente 215 kilomètres et 54h de nage sans s’arrêter. 54h sans dormir, c’est énorme ! Elle est la première personne au monde à avoir effectué un tel effort physique.

Aujourd’hui, il y a énormément de femmes qui font du sport mais l’égalité n’est pas encore parfaite partout. Il n’y a pas toujours assez d’équipe de sport qui accueillent les filles. Mais les mentalités évoluent et ce qui peut aider c’est aussi d’avoir des sportives célèbres. Depuis que l’équipe belge de foot féminin a participé à l’EURO 2017, certaines footballeuses sont devenues bien plus connues du public comme Aline Zeller ou Tessa Wullaert. Des centaines de petites filles ont voulu s’inscrire dans des clubs de foot et de nouvelles équipes ont été créées.

Les choses changent mais il faut que les médias suivent et qu’on en parle à la radio, à la télévision, sur internet. Tout le monde connaît les diables rouges mais sais-tu comment s’appelle l’équipe belge de foot féminin ? Les Belgian Red Flames ! Les flammes rouges ! Alors si tu as envie de devenir la plus forte ou le plus fort, tu sais maintenant que cela n’a rien à avoir avec le fait d’être une fille ou un garçon, il faut juste s’entraîner !  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *