Romans pour ados

The Hate U Give (THUG) – Angie Thomas

« The Hate U – « you », mais avec la lettre U – Give Little Infants Fucks Everybody. T-H-U-G-L-I-F-E. Ce qui veut dire que ce que la société nous fait subir quand on est gamins lui pète ensuite à la gueule. Tu piges ? « 

Starr est une jeune afro-américaine de seize ans. Elle vit dans un quartier très populaire où tout le monde est Noir, un quartier rempli de gens qu’elle aime mais considéré comme un ghetto où deux gangs s’affrontent.

Quand elle avait dix ans, Starr a vu sa meilleure amie mourir devant ses yeux, touchée par une balle perdue alors qu’elles jouaient sur le trottoir. C’est suite à cela que ses parents ont décidé de les envoyer, elle et ses frères, à l’école de Williamson, dans un quartier très majoritairement blanc. Starr a appris à se dédoubler ; la Starr de Williamson n’est pas la même que la Starr de la maison.

« La Starr de Williamson ne parle pas argot – tout ce qu’un rappeur dirait, elle évite, même si ses copains blancs l’utilisent. L’argot, ça leur donne l’air cool. Elle, ça lui donne l’air caillera. La Starr de Williamson retient sa langue quand les gens l’énervent pour que personne ne la voie comme une « Noire en colère ». La Starr de Willamson est accessible. Pas de sales regards ni de regards en coin – rien.

La Starr de Williamson ne donne à personne des raisons de penser qu’elle sort de la cité. « 

Dans le quartier, on la connaît que comme la fille de son père, ancien chef de gang toujours très respecté. Ses quelques potes lui disent qu’elle est plus tout à fait de là, qu’elle veut pas mélanger ses deux vies, qu’elle devient comme les blancs. Starr se braque, refuse. Elle est Noire, elle le sait bien, ça va, tout le monde lui rappelle quand même assez souvent.

Et puis, un soir, en rentrant de soirée avec Khalil, un ami d’enfance, un policier les fait se ranger sur la voiture. Il les contrôle avec insistance, les considère tout de suite comme des suspects. Starr sait comment réagir, ses parents ont eu cette conversation avec il y a longtemps déjà.

« Lorsqu’elle a eu 12 ans, les parents de Starr l’ont informée sur la sexualité – et sur la conduite à tenir en cas d’interpellation par la police. ‘Laisse tes mains visibles’, lui a conseillé son père. ‘Ne fais aucun mouvement brusque.’ On ne peut être que troublé d’apprendre qu’à l’intérieur du kit du bon parent d’un enfant noir en Amérique figure le fait de l’instruire sur les choses à faire et à ne pas faire en cas de confrontation avec les représentants de la loi. « 

Khalil est sorti de la voiture et, alors qu’il se penche pour s’assurer que Starr va bien, il est abattu par le policier.
Khalil est mort.

« Ils finissent par recouvrir Khalil d’un drap. Il ne peut pas respirer là-dessous. Moi non plus je n’y arrive pas.
Je ne peux pas.
Respirer.
Je suffoque.
Suffoque.
Suffoque. « 

The Hate You Give est le premier roman d’Angie Thomas. L’autrice nous offre un roman très fort sur le racisme et les violences policières que subissent les afro-américains. D’ici, j’ai suivi le mouvement #BlackLivesMatter dans les médias, comme beaucoup, mais je ne pourrais pas dire que j’ai jamais pu ressentir ce que cela faisait de voir quelqu’un se faire tuer simplement parce qu’il est Noir. Etant blanche, je ne connais pas le racisme. Je n’ai jamais du agir différemment parce que les gens auraient des préjugés rien qu’en me voyant. Et c’est en ça que THUG est poignant. Même si je ne suis absolument pas concernée, j’ai pu comprendre la tristesse et la haine de Starr et des siens.

Après la mort de Khalil, Starr voit beaucoup de choses différemment. Tout ce qu’elle laissait passer avant vient la déranger, l’agresser, lui donne envie de crier. Il y a tant de choses qui ne sont pas normales. Il y a tant de choses dites qu’on ne devrait pas avoir le droit de dire.

 » Ryan, le mec de Maya, est en fait le seul autre Noir en première. Du coup, tout le monde veut nous mettre ensemble. C’est censé se passer comme sur l’arche de Noé, apparemment : quand on est deux, il faut former un couple pour assurer la survie de notre couleur dans le groupe.
Je remarque plein de trucs débiles dans le genre, ces temps-ci. « 

The Hate You Give est un roman nécessaire. Pour que les concerné.e.s puissent utiliser leur voix et pour que les autres puissent les écouter et essayer de les comprendre. Un livre à lire, assurément.

Une adaptation cinématographique est sortie en 2018 et je la regarderai avec plaisir tant elle semble être très fidèle.

Bonus : j’aime réaliser des affiches pour la bibliothèque où je travaille. Voici le PDF de celle de THUG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *