Romans pour adultes

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit – Celeste Ng

toutcequonLydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille ne le sait pas encore. Pour l’heure, ils ne savent même pas qu’elle n’est pas dans son lit.

Lydia est morte mais l’enquête n’a pas vraiment l’air très active. C’est vrai que cela pourrait ressembler à un suicide mais ce n’est pas possible, pas Lydia, non. Lydia, c’est l’enfant du milieu mais contrairement à ce qu’on a l’habitude de dire, c’est bien celle qui monopolise l’attention de ses parents. Lydia, c’est l’élève modèle, dirigée par sa mère vers les sciences et la médecine parce qu’une femme peut tout accomplir. Lydia, c’est la fille populaire qui passe des heures au téléphone chaque soir, ce qui rend son père si fier ; sa fille, métisse sino-américaine, s’est intégrée !

 » Toute leur vie, Nath avait compris, mieux que personne, le lexique de leur famille, les choses qu’ils ne pouvaient jamais vraiment expliquer aux gens de l’extérieur : qu’un livre ou une robe n’étaient pas simplement quelque chose à lire ou à porter ; que l’attention était accompagnée d’attentes qui – comme la neige – s’abattaient et s’accumulaient et vous broyaient sous leurs poids. « 

Lorsque le corps de Lydia est retrouvé, la famille fantasmée s’effrite doucement sous la pression des non-dits et des vieilles rancœurs. Pourquoi autant de mensonges ? Pourquoi Nath, le grand frère, a-t-il toujours eu le besoin de protéger sa sœur, pourquoi se laisse-t-il marcher dessus au profit de Lydia ? Pourquoi leur petite sœur est-elle l’éternelle oubliée ?

Mon avis

L’intrigue se déroule dans les années 1970 et cela a son importance dans la vie de la famille Lee. Nous découvrons la réalité d’un couple mixte dans l’Amérique de cette époque. Les regards, jugements, le racisme ordinaire.
Comme la majorité des femmes mariées, Marilyn est mère au foyer. Elle qui rêvait de devenir médecin a du abandonner son rêve après la naissance de ses enfants. Travailler ? Mais personne ne la prend au sérieux ! Son mari aussi a du dire adieu à ses rêves, mais pas pour les mêmes raisons. Un professeur aux yeux bridés dans une petite fac, ça va, mais pas à Harvard !

Chacun vit avec sa rancœur, ses rêves brisés, ses envies de revanche. Et qui incarnait cette revanche ? Lydia, pour qui c’était peut-être un peu trop lourd à porter. S’est-elle suicidée pour autant ? C’est ce que le lecteur découvrira avec cette enquête familiale. Il y a bien un corps mais Tout ce qu’on ne s’est jamais dit n’est pas un roman policier, pas plus qu’un thriller psychologique.

Un roman psychologique, ça oui, et c’est pour cela qu’il m’a tant plu. Les petits secrets, la façade que l’on adopte pour ne pas laisser voir les blessures, les regrets. Les pensées les plus profondes des personnages. Si j’aime lire, c’est pour découvrir d’autres histoires, d’autres façons de vivre et, surtout, lire comment les autres « s’en sortent » (ou non) dans leurs vies.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *