Romans pour ados,  Romans pour enfants

En apnée – Meg Grehan

Couverture du roman En apnée de Meg Grehan

Maxime est une petite fille de onze ans. Elle aime apprendre plein de choses sur plein de trucs et, sa passion du moment ce sont les créatures marines.
Elle vit seule avec sa maman qu’elle aime plus que tout au monde. Ce qui la rend triste, c’est qu’elle a l’impression qu’elles s’éloignent un peu, que sa maman ne comprend pas toujours ce qu’il se passe dans la tête de Maxime.

Et c’est vrai que sa maman ne la comprend pas toujours, peut-être simplement parce qu’elle n’a pas toujours conscience de ce qui trotte dans la tête de Maxime, surtout si celle-ci ne lui en parle pas. Ou parce que parfois Maxime essaie d’en parler mais qu’elle ne trouve pas les mots ou du moins les mots juste ou du moins comment les mettre ensemble pour qu’ils ne sortent pas de manière désordonnée et qu’on ne comprenne rien à ce qu’elle essaie de dire.

« Tu vois Chloé
Qui est assise à côté de moi
A l’école ? »

Et Maman hoche la tête

« Bon »
Je dis
Et puis je regrette de ne pas m’être mieux préparée
Parce que les mots
Se déversent de ma bouche
Je n’ai aucun contrôle
Sur eux

« Elle met du vernis à ongles »
Je dis
« Chaque semaine une nouvelle couleur
Et le vendredi
Ses ongles sont tout abîmés
Parce qu’elle les ronge
Et je voudrais les réparer
Je voudrais lui remettre du vernis »

Maman a l’air perplexe
Ce que je dis n’a aucun sens
Mes mots ne font pas ce que je voudrais qu’ils fassent

Maxime aime Chloé. Enfin, elle ne sait pas. Enfin oui, elle l’aime comme une copine de classe mais un peu plus que cela. Du moins, elle pense. Elle ne sait pas, elle n’est pas sûre. Elle n’a que onze ans, ce n’est pas évident de savoir si on aime vraiment quelqu’un du verbe aimer ou si c’est juste parce qu’on la trouve chouette. Et puis, une fille qui aime une fille, ça se peut ? Et Maxime qui aime Chloé, ça se peut ?

J’ai adoré En apnée de Meg Grehan pour plein de raisons. C’est un très chouette roman pour jeunes lecteurs (à partir de 9-10 ans je dirais) avec une héroïne très attachante qui rencontre des situations que tou.te.s les enfants de cet âge peuvent rencontrer.

Il y a plusieurs niveaux de lectures. Il y a Maxime qui découvre les sentiments amoureux et qui se découvre en même temps. Il y a sa maman qui pleure parfois le soir et Maxime ne sait pas trop pourquoi et on sent bien qu’il y a quelque chose, notamment au niveau de la relation des parents mais l’autrice ne fait que l’effleurer et c’est bien aussi comme ça ; de montrer qu’il y a toute sorte de famille et que ce n’est pas obligé d’être un problème et que même si parfois ça peut être difficile, ce n’est pas aux enfants de régler cela.
Et en parlant de « montrer », justement, En apnée touche à la représentation. Est-ce que quelque chose que je n’ai jamais vu peut me toucher ? Est-ce que je peux vivre une situation similaire à celle d’un personnage qui, pourtant, ne me ressemble pas ?

Je n’ai jamais vu

Une fille tenir la main d’une fille

Un garçon embrasser un garçon sur le front

Je n’ai jamais vu ça

C’est un très chouette petit roman de 160 pages que je vous recommande plus que chaleureusement. Et c’est, bien sûr aurais-je envie de dire, aux éditions Talents Hauts.

Un commentaire

  • Blanche Martire

    Bonjour

    Le 6 mai mon livre Lilly et le labyrinthe est paru aux editions Fabert, il parle d’une petite fille homosexuelle, s’il vous intéresse je peux vous l’envoyer en pièce jointe, il fait 98 pages.

    Voici le résumé : Lilly petite fille introvertie n’a pas les mots pour s’exprimer, elle attend impatiemment de savoir lire et écrire. Pourtant, elle sent déjà que les histoires et le monde de l’écriture l’habitent profondément. Un jour, elle fait la rencontre de Sarah qui n’a peur de rien. Et si finalement Lilly lui ressemblait ?

    Citations :

    « Lilly aurait voulu remonter ses manches plus souvent, et ainsi se salir les mains. Son coeur n’aurait plus été enfermé dans un coffre-fort. Les gens l’auraient découverte alors, entière. Lilly aurait été à la rencontre des autres et du monde. Elle aurait même laissé ses traces sur le tronc des arbres, les nuages et la pluie. Ses voyages se seraient remplis d’encre et les feuilles se seraient embrasées. Le papier roussi par les flammes aurait noirci jusqu’aux dernières pages. Un noir ébène, absolu. Et la fumée serait montée jusqu’au ciel. »

    « Lilly la nuit
    S’empare de ton regard
    Pourquoi me vient il des visions extraordinaires ?
    Parceque les rêves errent »

    Bien Cordialement

    Blanche Martire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *